Les archives de ce blog sont à voir sur "Sapristi Balthazar over-blog.com"

dimanche 22 février 2015

Massacre 15







15

Résumé : Ce récit entamé en juillet 2014 a été abandonné en cours de route, l'été avait d'autres attraits. Je n'avais pas envie de poursuivre, parce que moi, je savais...Et qu'on arrive au cœur du drame.




Balthazar avait regagné, en titubant, la rédaction. Il était 5 h du matin.Il restait encore 4 h avant que Martine, la secrétaire, n'arriva. Le répondeur affichait 18 appels. 18 vains appels.

Balthazar s'assit et s'effondra sur son bureau.

8 h 45 coup de téléphone. C'était Moustache le sapeur-pompier anarchiste. Il sanglotait :

_ Une gamine de 5 ans, violée, a été poignardée dans un carré de betteraves, dans les jardins ouvriers, sous l'ancien abattoir , au numéro 79. Balthazar y fila, dans un état second. Mais il y avait un cordon de flics, des jeunes, des types à gueule de tueurs. Au loin Balthazar aperçut la silhouette de l'inspecteur Legrandu (lire TOUT ce qui a été publié avant). Legrandu c'est son pote, c'est un bon flic ( oui !!! il y en a). Alors Balthazar en s'accrochant à un piquet ( il avait encore à 2,5 g) l'appella :

_ Legranduuuuuuuuuuuuuu ! Camarade Legranduuuuuuuuuuuuuu !

L'autre fit mine de ne pas l'entendre. Mais d'un geste fluide de la main lui fit un signe secret. Enfin... secret... il lui montra au-delà de la vallée une fenêtre qui suplombait la rivière.

Balthazar fit demi-tour et partit attendre devant la maison que l'inspecteur avait discrètement indiquée. Balthazar la connaissait bien. C'est le « pied de cochon » une sorte d'amicale où viennent ceux qui aiment la compagnie. Un club pour ainsi dire, mais en moins anglais et plus en Formica.

Au bout d'un long moment l'inspecteur Legrandu arriva.

Il était pâle.

Il dit :

_ C'est atroce !

_ Quoi ?

_ Une fillette massacrée. Ô je n'ai jamais vu cela ! Une gosse. Une gosse rouge de sang. De la tête aux pieds. Elle a été violée. Elle a été égorgée. Il y a du sang séché partout. Et sous son corps... Merde … Sous son corps... Dis mois que ce n'est pas toi Balthazar …

L'autre était stupide, il décuvait. Il ne se souvenait pas … Il avait trop bu... Où était-il hier ?
 _Quoi ?

_ Dans sa main Balthazar... soupira Legrandu.

Le flic pleurait... (C'est rare)

_ Dans sa petite main... Il y avait ça !!!



A SUIVRE...

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire