Les archives de ce blog sont à voir sur "Sapristi Balthazar over-blog.com"

lundi 31 juillet 2017

Curieux métier

On peut lire dans "Funéraire Info" :
"Lorsque la peine de mort fut abolie, François Mitterrand décida, par humanité, de débloquer une somme spéciale destinée à verser une retraite aux deux derniers exécuteurs des arrêtes criminels, André Obrecht et son neuveu Marcel Chevalier qui avait succédé à son oncle (et qui exécuta le dernier condamné à mort Français, Hamida Djandoubi). Jusque là, le bourreau officiel français recevait une enveloppe d’argent liquide, qui lui servait à rémunérer ses aides et à entretenir la guillotine. Il exercait par ailleurs un métier dans le privé (Obrecht était contremaître dans une usine de voitures, Chevalier imprimeur)."



Fernand Meyssonnier qui oeuvra pendant la guerre d'Algérie ( la guillotine allait bon train) raconte dans le Figaro : «Pour la guillotine, il faut être quatre : l'exécuteur en chef, qui actionne le levier (mon père), deux adjoints qui ligotent le condamné et le basculent sur la machine, et enfin celui qu'on appelle ''le photographe''. Moi, j'étais ''photographe''. Devant la lunette, les doigts placés derrière les oreilles du type, je devais le tirer vers moi pour qu'il ne se rétracte pas soudainement. C'est une position dangereuse : on peut se faire couper les doigts. La lame tombe de 2,35 mètres et pèse 40 kilos (l'équivalent de 700 kilos à l'arrivée). C'est moi qui disais ''Vas-y !'' à mon père quand j'étais prêt. Tout se jouait en un éclair.» (...) "Nous étions des auxiliaires de justice. On touchait un salaire niveau smic, plus une prime de risque et une prime de tête, pendant la guerre d'Algérie. Mais chacun avait son affaire à côté : mon père tenait un bistrot, par exemple. En réalité, l'argent ne comptait pas. On faisait ça parce que les exécuteurs étaient reconnus et appréciés en Algérie. Et parce que cela nous apportait un tas d'avantages : port d'armes, transports gratuits, passe-droits auprès de la préfecture, etc".

Je suis personnellement contre la peine de mort. Et je relaie un argument qui est assez efficace parce qu'il est de simple logique : "vous êtes pour la peine de mort, bien. Il faut donc qu'elle soit exemplaire, bien ; et donc publique. Bien, et puisque vous êtes pour, il vous faudra y assister. Et pourquoi pas y participer. "

lundi 24 juillet 2017

Les métiers curieux

Certes un maître nageur passe sa vie en slip et tongs. Mais il y a pire : ophtalmologiste. Voilà un gars qui vit dans une pièce minuscule et sans la lumière du jour. Il regarde dans des loupes et, au mur, la seule décoration qui tente d'égayer la pièce est un alphabet .

Je lisais ceci il y a peu : "Quelles sont les catégories de médecins qui ont le plus tendance à mettre fin à leurs jours ? Philippe Burnham a écrit une thèse de sociologie , ( Middlebury College) en 1977. Le sujet était le suicide chez les médecins aux USA. Les praticiens les plus représentés dans les études de la littérature médicale sur ces suicidaires ont été les ophtalmologistes".

Je ne suis pas étonné le moins du monde !



vendredi 21 juillet 2017

N'importe quoi

Un spécialiste me disait l'autre jour doctement :

"Savez-vous ? Les guerres n'ont jamais été aussi violentes !"

lundi 17 juillet 2017

Rigolo

par HuskMitNavn (« Souviens-toi de mon nom » en danois)

Rigolo

par HuskMitNavn (« Souviens-toi de mon nom » en danois)

On apprend dans la presse suisse qu'un citoyen helvétique est poursuivi par la justice : pendant plus de sept ans, il a plumé buses, aigles noirs, ou encore faucons gerfaut dans des musées d'Europe, jusqu'à rassembler une collection de 10.500 plumes. Il est accusé d'avoir causé un préjudice de 5,4 millions d'euros.Voilà bien qui laisse perplexe, une telle passion de la plume - à moins d'être un peu écrivain - relève de la médecine. Même pour orner des chapeaux on ne s'explique pas 10.500 vols !



Il est tout aussi vrai qu'un facteur de Vancouver s'est fait agresser à plusieurs reprises par un corbeau menaçant, au point que le service postal  a suspendu toute livraison du courrier dans le secteur. Voilà qui change le facteur des menaces de chien et voilà qui aurait pu expliquer le plumage excessif. Mais il y a loin de la Suisse au Canada !


Les relations entre l'homme et l'oiseau ( qui contrairement à ce qu'on  croyait encore récemment est doté d'un odorat fort honnête) ont toujours été bizarres je trouve. Et toutes les civilisations qui ont choisi un oiseau comme emblème ont roulé dans la poussière. Ce qui n'est pas le cas du    " Microtus arvalis " ou campagnol des champs

Rigolo

par HuskMitNavn (« Souviens-toi de mon nom » en danois)

dimanche 16 juillet 2017

Voilà bien une simple curisoisité

Pas loin, à trois rues d'ici, deux panneaux sur deux maisons voisines



A VENDRE, ou A ACHETER on comprend bien que le bien est à acquérir. Pourtant vendre est le contraire d'acheter, à vendre on s'enrichit, à acheter on s'appauvrit ; et pourtant il est facile de comprendre qu'en l'occurrence "à vendre" et "à acheter" signifient ici la même chose ! Allez faire comprendre cela à un étranger !

Rigolo

par HuskMitNavn (« Souviens-toi de mon nom » en danois)

C'est vrai ça


A Saint-Jacques-de-Thouars

En revanche vous pouvez casser des briques !

samedi 15 juillet 2017

jeudi 13 juillet 2017

Diogène aime le Pompois

Diogène était un cynique, épithète donné à une secte de philosophes à qui on reprochait d'être mordants et sans pudeur, comme les chiens (d'où le mot cynique).  Il méprisait toute forme de richesse et les conventions sociales qui étaient, selon lui, une entrave à sa liberté. Il habitait dans un tonneau. Il dédaignait les puissants : un jour, à Corinthe, Alexandre Le Grand, l'interrogeait pour savoir s'il souhaitait quelque chose ; en réponse, Diogène lui répondit "Ôte-toi de mon soleil !
Comme on lui reprochait de boire dans une taverne, il dit : "De même que chez le barbier, je me fais couper les cheveux".


La déception est un art

Aujourd'hui : deux vidéos, celle-ci et celle qui suit



mercredi 12 juillet 2017

Bon... Des industries prennent des brevets sur le vivant, sur un type de maïs ou une variété de haricots. Alors moi j'ai décidé de prendre un brevet sur le

A


et sur le rouge

COULEUR


je compte faire fortune sans tarder. Quiconque utilisera le "A" ou même le "a" devra me payer des droits. Même chose pour celui qui use de la couleur rouge. Évidemment l'utilisateur d'un "A" rouge paiera double.

Comme vous êtes des lecteurs fidèles, je vous avantage : il vous reste encore plein de couleurs disponibles, 25 lettres (5 voyelles  20 consonnes) et des milliers d'idéogrammes
sans compter le grec,
 l'arabe,


 , le srilankais 


, etc.

A vous aussi la fortune mes amis(es)!

Rigolo

par HuskMitNavn (« Souviens-toi de mon nom » en danois)

lundi 10 juillet 2017

"la route pourtant sans pittoresque qui joint Bressuire à Champdeniers."Gracq

A Secondigny aux marches "des gaies montagnes russes".


 D'abord nous avons filé droit en pensant bien sûr à Julien Gracq qui évoque dans "Les carnet du grand chemin" :" les gaies montagnes russes, toujours humides sous le tunnel des branches entrecroisées, de la route pourtant sans pittoresque qui joint Bressuire à Champdeniers. "

C'est vrai que ce bosselé rectiligne incite à une joie juvénile. Rares sont les routes ainsi tracées avec un tel dédain des courbes. Ce jet est si évident, si net, qu'on n'arrive pas à prendre au sérieux ce chemin qui ouvre les vacances. Il est comme ces enfants qui font semblant de bouder, font les gros yeux et amorcent un sourire par en-dessous. Je connais une autre route semblable, elle relie Agen à Lectoure. Et, pareillement, elle trace sa voie à travers de molles collines, avec une obstination absurde et badine. La lumière file dans cette cocasse coulée et ricoche comme un caillou sur l'eau. Distrayant. Rien ici ne tire à conséquence, pas plus les vaches qui pourlèchent leur veaux goulûment, que les têtards de frênes avec leur plumeau ( leur tire-sève) bien droit dans le ciel, sérieux comme à la parade.

Tout cela est drôle avant-tout.

ça tourne


mercredi 5 juillet 2017

Ce n'est pas tous les jours qu'on voit Dieu

"Tu ne feras point d'image taillée, ni de représentation quelconque des choses qui sont en haut dans les cieux" dit l'ancien testament  ( Exode 20/4). Il n'empêche, on peut croiser Dieu de temps en temps. Ici par exemple à Fontevraud.

bien entouré de Jésus et du saint-Esprit. Une bonne tête avec sa barbe et ses cheveux longs on a même l'impression qu'il rigole alors que Jésus est un peu "pète sec" si j'ose dire.


Plus rare encore on le voit ici à Saint-Pierre d'Airvault alors qu'il chasse Adam et Eve du paradis
"Et l'Éternel Dieu le chassa du jardin d'Éden" (Genèse)


On remarquera que Dieu porte une robe longue ! Il est vrai qu'au paradis les soirées sont fraîches.

Voilà qui me rappelle l'histoire que Gérard racontait :  deux amis arrivent devant St Pierre, l'un va au paradis, l'autre en enfer. En enfer la vie n'est pas si moche, il fait bien chaud, on picole, on joue aux cartes, bon ... de temps il y a une corvée : il faut balayer la chambrée et nettoyer les WC , mais c'est assez rare. Un jour l'ami en enfer va voir le diable et lui dit " j'aimerais bien aller saluer mon pote au paradis". Le diable hésite, ce n'est pas très réglementaire mais il finit par accepter : "mais à une condition ; tu es de retour à 19 h pour l'appel, sinon je vais avoir des ennuis".
Le gars va donc sonner à la porte du paradis et demande " salut je viens dire un petit bonjour à Balthazar". L'ange au guichet d'entrée consulte sa liste : "Balthazar... Balthazar... Ah oui, niveau 2, quartier 8, allée C. " Le gars arpente le paradis, il y a des anges qui chantonnent dans le ciel et d'autres qui jouent de la harpe ou de la vieille, c'est pas mal mais un peu mou. Il croise un type qui taille une haie, un autre qui tond la pelouse. Enfin il voit Balthazar qui ratisse le gravier.
" Mais ... Mais ... vous bossez au paradis ???"
Et Balthazar qui répond " ben oui, on n'est pas assez nombreux !"




Hey oui, je sais, encore, mais j'en ai besoin


lundi 3 juillet 2017

Pour changer et s'ennuyer un peu


Modèle de lettre de démotivation

Monsieur le Responsable des Ressources Humaines


Vous me demandez une lettre de motivation pour rejoindre votre groupe " HCI" ; à dire vrai je ne suis pas motivé. Je suis même démotivé. Le travail que vous proposez ne m'intéresse pas. Je ne vois aucune raison d'aller vendre à de pauvres ménages, à des femmes seules responsables d'enfants, à des personnes âgées, des crédits qu'ils ne pourront jamais rembourser. Vous me demandez de mettre une cravate et d'arborer mon plus beau sourire, d'user de ma force de conviction pour les piéger. Je vous le dis, vous êtes déloyal. Ces gens paieront chaque année pour rembourser des intérêts qui sans cesse seront plus élevés sans jamais écorner le capital dû. Et tout cela pourquoi ? Pour vous satisfaire, satisfaire votre patron et ses actionnaires. Non, décidément  je ne vois pas ce que j'irais faire dans votre cage aux lions. Dites à votre chasseur de tête, alléché par mes diplômes, que la proie se dérobe, que j'ai mieux à faire : je file avec ma copine dans une ZAD.

Je vous prie d'agréer, Monsieur le Responsable des Ressources Humaines, l'expression de mon plus profond mépris.


dimanche 2 juillet 2017

pourquoi pas ?


On peut vivre sans savoir cela sur le houx et l'escargot

Ravaillac est né à Angoulême, voilà qui est bien ennuyeux. L'homme au poignard est né dans la capitale de la BD, il est même né là où se trouve l'actuel Crédit Mutuel. J'y pense souvent, en vain.



Et dans le même ordre d'idée, si l'on peut dire, Fernand  Reynaud  qui est mort en 1973 a attendu 1985 avant qu'une association soit créée pour lui rendre hommage ; elle organise chaque année en septembre un festival du rire. Or il n'y a pas que je sache une association pour la mémoire de Zavatta. Le monde est bien injuste. Je me disais cela en allant au fond de jardin où pousse un houx, lequel ne fait jamais de boules rouges. Il paraît que pour fructifier le houx a besoin d'un mâle et d'une femelle. Curieuse idée tout de même ! L'escargot dont les préludes amoureux peuvent durer une ou deux heures ( ce qui pour lui est considérable) a résolu cette question depuis belle lurette sans avoir l'air d'y toucher. Un même individu est capable de produire des spermatozoïdes et des ovules, mais l’autofécondation étant impossible, il doit s’accoupler avec un partenaire. Le houx est-il dès lors plus évolué que l'escargot  ? Encore une question qui m'empêche de dormir.