Les archives de ce blog sont à voir sur "Sapristi Balthazar over-blog.com"

vendredi 20 septembre 2019

L'aphorisme de la semaine

Tu te fais entuber, ça oui ; tu te fais intuber, ça arrive ; mais tituber ... ça t'as pas l'droit !

mercredi 18 septembre 2019

J'ai sur rester simple (19)

 A lire comme une sorte de roman moderne.

Quand on pense que lunettes de soleil se dit « Solgleraugus » en islandais … c'est moche, à tout prendre je préfère le dire en javanais « Koco tingal Ireng ». Je pense souvent aussi à ce que me disait Tedi « je connais un dentiste à Epinal qui a fait son devoir dans le même régiment que moi... He bien, il avait le même nom que le petit bois qu'on traversait au pas pour rejoindre le champ de tir. » c'est dingue non ? Mais ce n'est rien à côté de l'an 2000, il faut bien le dire : la fin du monde a été un fiasco ! Je me souviens avant la fin du monde ils furent nombreux à vouloir faire des sous !

Je me dis toujours : attendre cela peut être remis à plus tard.

( A suivre, mais lundi si on va par là)


mardi 17 septembre 2019

J'ai su rester simple (18)

 A lire comme une sorte de roman moderne.

Il m'a fallu longtemps pour comprendre que les hommes étaient semblables aux femmes dans leurs différences. Kimberlé le disait souvent en ajoutant dépitée : « quand même … quand on est solitaire, on n'est pas nombreux ». Elle n'était pas si bête cette Kimberlé, c'est dommage qu'elle se soit suicidée. En vrai elle ne voulait pas mourir, elle voulait juste envoyer un message mélancolique, mais elle a cru que ce jour là, en s'allongeant sur les rails, elle a cru que la SNCF était en grève. Pas de bol. Elle disait des vérités toute simples qui nous manquent désormais, elle disait : « la belle au bois dormant quand elle se réveille, elle n'a qu'une envie : aller faire pipi. » Elle aimait bien aussi cette vérité que Gérard Moreau de La Boissière-en-Gâtine prononçait sans en rajouter : « avec un petit chien, quand il est mort, t'as moins de peine qu'avec un gros : c'est mathématique ». Et je me souviens que Balthazar enchérissait sur le thème canin en citant Alain Chany « dans mon pays la pente est si raide que les chiens aboient assis ».



lundi 16 septembre 2019

J'ai sur rester simple (17)

 A lire comme une sorte de roman moderne.

Je pense souvent à ce joli conte que me racontais mon grand-père devenu aveugle en 14 à cause des gaz et qui, par malheur, avait perdu ses deux bras dans un bombardement allié en Normandie avant de se faire couper les jambes après une grève de train ; de surcroît il n'avait plus toute sa tête. Bref pour m'endormir voici ce qu'il me racontait de sa jolie voix cassée par l'alcool :

« Voici l'histoire de Martine, Martine avait un curieux "doudou", c'était la tête empaillée d'un vieux domestique. Elle ne pouvait pas s'endormir sans caresser les rouflaquettes du valet qui avait été décapité pour avoir volé du sucre dans un placard. A l'époque la loi sur le sucre était très stricte. Cette vieille tête fatiguée, usée de caresses enfantines et de bisous mouillés, traînée de poussettes en landaus, s'abîma et commença à sentir très mauvais. Il fallut la jeter dans un étang et comme Martine était inconsolable on battit la campagne pour trouver un paysan un peu ressemblant. Il fut lui aussi décapité et sa tête fut aussi empaillée. Mais Martine n'en voulut pas au motif que ce n'était pas là son vrai doudou. Elle se consola avec la main séchée d'une servante qu'elle aimait beaucoup et qui fut amputée pour l'occasion... Voilà fais de beau rêve ma jolie Mado... Enfin jolie … je ne sais pas je suis aveugle, je te ferais bien un câlin mais je n'ai pas de jambes pour aller vers toi, ni de mains pour te faire une caresse … de toute façon ne pleure pas mon enfant, j'ai toujours perdu aux réussites. »


dimanche 15 septembre 2019

J'ai su rester simple (16)

 A lire comme une sorte de roman moderne.

L'autre jour j'ai voulu me jeter sous un train, j'ai attendu et puis un type est venu me dire " il ne faut pas rester là, la SNCF est en grève." Hier je me suis fait un cocktail de cyanure de potassium ( conseillé par le livre "suicide mode d'emploi") mais j'ai brisé le verre en heurtant la porte du salon. Alors ... Heureusement les vendanges commencent et je vais pouvoir me faire de nouveaux ennemis.
 ( épisode court, c'est lundi ... A suivre)


samedi 14 septembre 2019

vendredi 13 septembre 2019

mercredi 11 septembre 2019

J'ai sur rester simple (15)

 A lire comme une sorte de roman moderne.

Si maintenant je passe du coq à l'âne c'est pour vous donner une recette de cuisine, pas pour le plaisir, vous pensez bien :
Steak d'Alien à la R2D2
- Prendre un alien de 3 à 5 ans.
-Prélever les deux tentacules au sommet du crâne et les faire revenir à la poêle dans une huile de vidange millésimée ( si possible celle d'un vaisseau ayant fait le voyage sur Jupiter à cause de son délicieux goût de gaz rare).
- Flamber le tout au kérosène.
Servir tiède avec un grand verre de Zarbith bleu ( si possible du 2178, ou 2254 ).
Sinon il y a plus aisé :
La recette du pot au feu "tête de con"
Trouver une belle tête de con ( ce n'est pas le plus difficile, commencez par regarder votre voisin ), ouvrez la en deux ; ne cherchez pas la cervelle il n'y en a pas ou très peu. Conservez les yeux dont le regard a toujours été vide et la langue qui relaya une pensée creuse, le goût de ces organes est peu prononcé mais assez délicat ; il n'y a d'ailleurs que cela de fin dans une tête de con. Ajoutez du chou, des navets, des pommes de terre, du poireau. Une tête de con ne sera pas dépaysée en compagnie de légumes. Laisser mijoter trois heures à feu doux, servir avec de la moutarde forte. Ne redoutez rien : bien bouillie la connerie a perdu toute sa toxicité.

Mais ce n'est pas des plats pareils qui vous redonneront le moral. Vous j'sais pas, mais moi j'ai le moral dans les chaussettes, et en plus elles sont sales les chaussettes.

Je suis en friche, et vous ? Vous êtes cultivés ?
( A suivre si ça se trouve)