Les archives de ce blog sont à voir sur "Sapristi Balthazar over-blog.com"

lundi 24 juin 2019

Art pas contemporain du tout


Il y a 500.000 ans sur l'île de Java a été découverte la plus ancienne oeuvre d'art connue. Sur la valve d'une moule d'eau douce un humain (homme ou femme) a gravé ces stries, pour la beauté du geste.  Pour le plaisir. Pour faire beau. Dans une autre île, dans les mêmes temps reculés ( à quelques millénaires près) , dans le Norfolk britannique, un ou une autre trouva un fossile dans un caillou. Il ou elle trouva cela beau et le dégagea pour le conserver au centre de son outil (un biface).

Et ces humbles artistes lumineux n'ont pas signé !






dimanche 23 juin 2019

qui fait son cinéma ?

A Thouars les élus promettent un nouveau cinéma, d'ailleurs une grande affiche sur les lieux de la future construction illustre ce fastueux investissement, un cinéma moderne avec plusieurs salles et des affiches à l'affiche ! Mais le temps passe et rien ne sort de terre.




L'une des affiches annonce la couleur ;


Otez-nous d'un doute ... Il y aura bien un cinéma ici ?

samedi 22 juin 2019

La phrase romanesque


Vous n'avez pas le temps de lire ? La phrase romanesque est là pour vous aider, elle est vite lue et votre imagination fait le reste tout au long de la semaine.

Je pense à toi, ordinateur, qui range sagement toutes tes affaires avant d'aller dormir, comme un enfant sage ...




(Balthazar Forcalquier)

vendredi 21 juin 2019

L’aphorisme de la semaine

Oh là là le nombre d'occasions uniques qu'on manque ! Oh là là c'est tout le temps !
(Balthazar Forcalquier)

samedi 15 juin 2019

La phrase romanesque

Vous n'avez pas le temps de lire ? La phrase romanesque est là pour vous aider, elle est vite lue et votre imagination fait le reste tout au long de la semaine.


Pourquoi désormais, quand un but est marqué,  les journalistes sportifs vagissent comme des chevreaux les mercredis sur le marché aux bestiaux de Parthenay avant de partir à l'abattoir ?
(Bathazar Forcalquier) 




mercredi 12 juin 2019




Dessin :Louie Travis
Il n'est pas facile d'être poète dans la valse des fifres : vous n'avez pas de sous, pas d'avenir, mais vous avez des rigueurs absurdes qui vous escortent absurdement. 
Bibi était poète et boutonneux. Effaré aussi.
Et mal coiffé comme un étudiant. 
Et ses souliers étaient usés. 
Il écrivait des choses que bien plus tard les peintres peindront et vendront des fortunes. Car les peintres arrivent toujours (TOUJOURS) en retard. Enfin ... c'est ce que dit Blaise Cendrars.
Voilà tout.

mardi 11 juin 2019

Hop ! Absorbé ...





Hop ! encore un verre de rhum ...  et le trou noir -ce précieux ami- m'absorbe. L'expire est long et voluptueux. Je suis seul, et heureux. C'est la première fois que la solitude m'accompagne avec son cortège. ô il y a du monde ! Tellement de monde ...
Voilà tout.

lundi 10 juin 2019

Dans ce pays là

Maurice.

Au pays des faces de cul  les gens étaient gentils. Certes ils avaient mauvaise haleine mais il suffisait de se tenir à distance pour avoir des échanges très supportables.
Dans ce pays Maurice était l'exemple idéal de la beauté et du charme, une sorte d'Alain Delon local. Moi, je le trouvais très, très, très banal. 
"Il est beauuuuuu comme la lune." disait Marie-Martine enamourée. 
J'ai fini par comprendre que chez  les faces de cul la mode était un peu "prout-prout" comme on dit chez nous. 
Voilà tout.



dimanche 9 juin 2019

Tout ça pour ça



Y a des gars qui sont allés sur la lune ... tout ça pour vendre des morceaux dans un magasin de "Nature et Découverte" ( ici à Angers) avec certificat d'authenticité, entre un coussin masseur et du papier d'arménie ! Vivement qu'on aille sur Mars !

samedi 8 juin 2019

La phrase romanesque

Vous n'avez pas le temps de lire ? La phrase romanesque est là pour vous aider, elle est vite lue et votre imagination fait le reste tout au long de la semaine.

Qui commande le cerveau ?
(Balthazar Forcalquier)


vendredi 7 juin 2019

L'aphorisme de la semaine

Les gens qui disent du mal de moi sont très méritoires, il faut bien le dire, il leur faut beaucoup d'imagination

(Balthazar Forcalquier)

mercredi 5 juin 2019


j'ai reçu  ce message " Bises Garanti sans virus" ... ( passons la faute). Mais moi je veux des bises qui sont pleines de vie ! de bactéries ! et même de virus ! je ne veux pas de bises aseptisées ! Je veux des bises vivantes et pas bouillies !

mardi 4 juin 2019

Les plis gracieux

Ici la ZIQUE






Dessin d'Al  Margens

Quand elle n'eut plus qu'un peu de sous elle put encore s'offrir quatre piqûres. Puis elle n'eut plus rien, sa fortune injectée, elle se couvrit de rides. Et Lucas dans la lueur d'un néon la découvrit "sublime... quelle vision !" . Et le facteur aussi " Putain, elle est belle !". Et le pompier venu vendre le calendrier en parla à ses amis au foyer " j'ai vu une femme divine". Elle mourra vite sans rien savoir de cela. C'est triste, mais non en définitive. Elle aurait regretté ses sous...
Voilà tout.

lundi 3 juin 2019

Carrière sans cailloux

Dessin d'Al Margens

Certes ses mélodies étaient ternes, sa voix était faible, et ses textes étaient pauvres. Mais au moins il chantait ce que les gens attendaient. Il fit une belle carrière. Après sa mort le graveur chargé de son épitaphe eut plus de talent que lui durant toute sa carrière. 
Il grava " Il est mort, sa trace ... ah je meurs! ( signé le graveur)".
Voilà tout.
PS : le graveur, licencié, se recycla dans la fausse monnaie. Il eut beaucoup de succès.
Re PS : ce texte est une copie.

Ce que fume Dieu on en veut !


dimanche 2 juin 2019

Le temps, son odeur, son goût, sa couleur, son bruit

Je me suis demandé ce matin - non pas ce qu'était le temps dont chacun sait qu'il n'est rien d'autre qu'un truc qui démange - mais quelle est l'odeur du temps ? 
Je pense que la meilleure réponse c'est l'effluve brutal mais bref qui s'échappe d'une soudure (oxygène - acétylène). Je l'ai longtemps connue cette odeur quand je tenais des heures durant des bouts de ferraille sur lesquels mon père s'obstinait à fixer d'autres bouts de ferraille. Le goût du temps je l'ai bien mastiqué alors : c'est le goût de l'ennui absolu, un peu amer mais surtout fade. Quant à sa couleur, c'est sans doute ce qu'il fait de mieux : c'est la flamme soufrée du chalumeau qui soudain s'affine en une épine d'un bleu céruléen. C'est très beau. Et avec un peu de chance si on coupe l'acétylène d'abord la flamme disparaît soudainement dans un claquement sec, ça : c'est le bref bruit du temps.
Voilà, je crois avoir décrit au mieux le temps. Mais il peut aussi avoir le parfum suave de la cire d'abeille que l'oncle Paul faisait fondre au soleil dans la cour d'école ou le goût délicieux du bisou de tante Denise quand elle venait me dire "bonne nuit", avec dans la main - caché - un morceau de chocolat.


samedi 1 juin 2019

La phrase romanesque



Vous n'avez pas le temps de lire ? La phrase romanesque est là pour vous aider, elle est vite lue et votre imagination fait le reste tout au long de la semaine.


On va dans la lune mais plus personne ne sait fabriquer des enclumes !
(Balthazar Forcalquier)




La fabrication et finition des enclumes anciennes nécessitait un savoir-faire soigneusement transmis par leurs fabricants. Leurs qualités sont recherchées car elles sont actuellement difficiles à reproduire dans la manufacture industrialisée des enclumes modernes sur le plan de la qualité. Une bonne enclume produit un son généralement cristallin ou aigu qui la distingue des enclumes mal ou non trempées par exemple, ou produites avec un mélange fondu d'aciers parfois inadéquat.

Les enclumes anciennes forgées étaient fabriquées selon un procédé de soudure au feu de plusieurs éléments distincts, afin de former une masse compacte, tandis que la majorité des enclumes modernes sont pourvues d'une table et de la partie supérieure des bigornes en acier trempé, alors que le « corps » (base et flancs) est réalisé en acier moulé.

mardi 28 mai 2019

Blaise vous tente ? Ne résistez pas


Je ne connais pas une personne qui ait lu Blaise Cendrars et qui ait fermé le livre en disant " mouais, décevant". D'ordinaire la conclusion qu'on entend est : " ENCORE ! ET QUE çA SAUTE !"
A vous de jouer ! commencez par "la main coupée" une bouleversante chronique de guerre, puis "l'homme foudroyé", Blaise raconte qu'il s'isole en Provence pour écrire. Il n'écrit que trois phrases et vit intensément. Et puis après, piochez au hasard, ( évitez juste "l'aventure de Jean Galmot" qui n'est pas indispensable), mais lisez "Bourlinguer" "la Banlieue de Paris" ...  et finissez dans les étoiles avec "le lotissement du ciel" dont Blaise disait

"Mon livre est plein d’oiseaux, d’ailes, d’anges, de saints, d’enfants, de fleurs de soleil, de lumière, :de rêve éveillé, mais il contient aussi toute la faune et toute la flore redoutables de la nuit, et j’ai dû :m’arrêter avant d’y introduire quelques histoires d’escrocs goguenards et innocents, mon livre étant déjà :trop plein et, moi, ayant trop de choses à dire."




 le premier poème de Blaise , comme un coup de poing 



lundi 27 mai 2019

RIEN, une expérience

Ce matin je me lève en pensant à RIEN, non pas "en NE pensant à RIEN", mais en pensant à "RIEN" : le mot. Sitôt le café avalé, je consulte les dictionnaires en papier et virtuel.
Ils ont bien du mal à définir RIEN


C'est faux : RIEN n'est pas peu de chose, c'est bien moins que ça !


Jacques Boudet dans son indispensable "les mots de l'histoire" explique qu'avant la fin du Moyen Age il y avait moult façons d'exprimer RIEN : Je n'y vois point, je bois goutte, je ne mange mie, je ne rencontre âme qui vive. Et hop ce fut le naufrage des négations. RIEN  a fait le vide autour de lui et s'est imposé. Il était si vague qu'il a chassé ses concurrents.
Lucrèce ( le philosophe et poète romain)  disait "rien ne vient de rien, et rien ne retourne à rien". On peut difficilement en rajouter !

dimanche 26 mai 2019

On n'a rien vu venir


Au bureau les choses avaient changé. Cela s'était passé en douceur ... enfin... plutôt sans qu'on s'en rende vraiment compte. Par petites touches. Le vieux chef était parti à la retraite. Un autre était venu. Il n'était pas resté longtemps, et puis, un autre et encore un autre. Et l'autre nouille avait été promu. Et sans qu'on sache comment ni pourquoi les usagers étaient devenus des clients, et le devoir était devenu une nécessité rentable, et mille détails devaient être mentionnés et il fallait argumenter sur des évidences qui semblaient mystérieusement absurdes... Martine s'était suicidée. Mais Martine était spéciale. On a continué comme avant, enfin ... pas comme avant, mais comme d'habitude. Les mots n'étaient plus les mêmes. Nous mêmes nous avions changé de noms. Et quand Julien a tué le chef d'un coup de pistolet, personne n' a entamé une collecte pour payer une couronne mortuaire. D'ailleurs le chef n'avait plus de famille. D'ailleurs le café n'était plus qu'une poudre et autour de la machine à café chacun regardait ses chaussures. Le nouveau manager est arrivé. On n'a rien compris à ce qu'il disait mais on a fait comme si.
Voilà c'est tout

samedi 25 mai 2019

La phrase romanesque


Vous n'avez pas le temps de lire ? La phrase romanesque est là pour vous aider, elle est vite lue et votre imagination fait le reste tout au long de la semaine.

Quand on y pense, les matelas, les oreillers, les draps, les couvertures, les couettes passent leur vie au lit !
(Balthazar Forcalquier)






lundi 20 mai 2019

On peut mourir sans avoir cela (14)

Au XVII e siècle tout le monde croit à la théorie des signatures : des légumes ou des fruits, en raison de leur forme expriment leur capacité.  La noix et sa forme de cervelle rend intelligent, le coing et son duvet  est utile aux chauves, l'artichaut évocateur du sexe féminin donne de l'ardeur aux filles, et l'asperge aux garçons




Et le pois chiche ?



dimanche 19 mai 2019

Pffff....



A force de se souffler dedans il pensait s'envoler. Au contraire, il a rebondi sur le sol comme une vessie molle. Le bon air c'est celui qui vient d'ailleurs.
Voilà tout !



samedi 18 mai 2019

La phrase romanesque

Vous n'avez pas le temps de lire ? La phrase romanesque est là pour vous aider, elle est vite lue et votre imagination fait le reste tout au long de la semaine.

Peut-on reculer dans le futur ?

(Blaise Cendrars)


vendredi 17 mai 2019

L'aphorisme de la semaine

Le temps s'occupe de tout, à la longue, mais ça traîne, le temps n'est jamais pressé.
(Balthazar Forcalquier)

mercredi 15 mai 2019

Sans Bach

"Ils, n'ont aucune religion et vivent dans une liberté totale" ecrit Verrazano en 1524 après avoir croisé ces indiens de l'actuelle Amérique du Nord. 
Ces êtres aimaient follement le rouge et le bleu, méprisant l'or dont la couleur était fade.


Leurs moeurs étaient dissolus de surcroît. Il n'avait aucune idée de la propriété ! Bon ... certes ... ils ne répugnaient pas à pratiquer la torture, et n'avaient jamais entendu Bach, pour la bonne raison que Jean-Sébastien n'était pas encore né.



mardi 14 mai 2019

Des yeux dans le bouillon

Dessin : Louie Travis


A Avec Marius l'ophtalmo faisait fortune. Imaginez : 3e oeil en partant de la droite, décollement de rétine.  2e oeil en partant de la gauche, déchirement de rétine. Oeil au-dessus du nez, cataracte .  2e oeil en partant de la droite, dégénérescence macuaire.   3e oeil en partant de la gauche, glaucome ... Seul l'oeil au milieu du front était stable ... mais il était daltonien ! Marius envoya tout balader et s'installa à 22 km du pôle, au moins la nuit durait six mois, quel beau pays la moitié de l'année ! "Et dire se disait-il qu'il y en a qui vont à l'île Maurice : quelle horreur cette mer rouge sang et ces couchers de soleil verdâtre".
Voilà tout.
( sur une idée d' "A")

lundi 13 mai 2019

J'aimerais bien savoir ...

L'autre jour sur la route qui rejoint Montreuil-Bellay à Thouars la voiture qui nous précédait ralentit soudain et s'immobilisa sur la route déserte. On a vu très vite qu'elle laissait passer une maman cane et sa marmaille se dandinant à la queue leu leu dans une file parfaite.


Je me suis demandé alors : le caneton en tête est-il toujours le même lors des déplacements familiaux et le traînard toujours le même aussi, comme dans une famille ? Le crack joue-t-il des coudes et le rêveur ferme-t-il la marche ? Ou bien est-ce le hasard qui compose l'escouade ?
J'aimerais bien  savoir ... 
Et vous ? Savez-vous ?

dimanche 12 mai 2019

Cervelle cocasse






Lorsque je suis arrivé sur la table de dissection, il faut bien dire que le médecin n'avait pas grand choix. Mes organes étaient déjà bien usés. Les yeux ? Que faire de ces mirettes de myope aux décollements rétiniens fréquents. Le foie ? Trop imbibé. Les reins ? Mouais à la rigueur, mais l'âge ne fait rien à l'affaire. Restait le cerveau, un bel encéphale qui avait jusqu'alors bien fonctionné avec une mémoire très convenable. Certes quelques faiblesses en mathématique avaient été détectées par l'analyseur électronique, mais rien de rédhibitoire. Il fallait faire vite, un cerveau s'abîme vite quand il ne sert plus à rien. Il alla donc se loger dans le crâne d'un fier sergent d'infanterie victime d'une rupture d’anévrisme à la cantine alors qu'il vidait son cinquième rhum agricole "Marie Galante" et grillait la 41e cigarette de la journée . La greffe fut un succès complet. Le corps du donneur comme celui du receveur étaient compatibles ... certainement en raison de passions communes pour  les alcools fins.
Le sergent reprit du service six mois plus tard, pas plus con qu'avant, un peu moins même. Il ne fumait plus.


Hélas, le matin même de la reprise de son service, en croisant le capitaine de compagnie au lieu de saluer réglementairement, le soldat leva le poing et hurla "VIVE L'ANARCHIE ! "

Voilà tout.