Les archives de ce blog sont à voir sur "Sapristi Balthazar over-blog.com"

mardi 28 mai 2019

Blaise vous tente ? Ne résistez pas


Je ne connais pas une personne qui ait lu Blaise Cendrars et qui ait fermé le livre en disant " mouais, décevant". D'ordinaire la conclusion qu'on entend est : " ENCORE ! ET QUE çA SAUTE !"
A vous de jouer ! commencez par "la main coupée" une bouleversante chronique de guerre, puis "l'homme foudroyé", Blaise raconte qu'il s'isole en Provence pour écrire. Il n'écrit que trois phrases et vit intensément. Et puis après, piochez au hasard, ( évitez juste "l'aventure de Jean Galmot" qui n'est pas indispensable), mais lisez "Bourlinguer" "la Banlieue de Paris" ...  et finissez dans les étoiles avec "le lotissement du ciel" dont Blaise disait

"Mon livre est plein d’oiseaux, d’ailes, d’anges, de saints, d’enfants, de fleurs de soleil, de lumière, :de rêve éveillé, mais il contient aussi toute la faune et toute la flore redoutables de la nuit, et j’ai dû :m’arrêter avant d’y introduire quelques histoires d’escrocs goguenards et innocents, mon livre étant déjà :trop plein et, moi, ayant trop de choses à dire."




 le premier poème de Blaise , comme un coup de poing 



lundi 27 mai 2019

RIEN, une expérience

Ce matin je me lève en pensant à RIEN, non pas "en NE pensant à RIEN", mais en pensant à "RIEN" : le mot. Sitôt le café avalé, je consulte les dictionnaires en papier et virtuel.
Ils ont bien du mal à définir RIEN


C'est faux : RIEN n'est pas peu de chose, c'est bien moins que ça !


Jacques Boudet dans son indispensable "les mots de l'histoire" explique qu'avant la fin du Moyen Age il y avait moult façons d'exprimer RIEN : Je n'y vois point, je bois goutte, je ne mange mie, je ne rencontre âme qui vive. Et hop ce fut le naufrage des négations. RIEN  a fait le vide autour de lui et s'est imposé. Il était si vague qu'il a chassé ses concurrents.
Lucrèce ( le philosophe et poète romain)  disait "rien ne vient de rien, et rien ne retourne à rien". On peut difficilement en rajouter !

dimanche 26 mai 2019

On n'a rien vu venir


Au bureau les choses avaient changé. Cela s'était passé en douceur ... enfin... plutôt sans qu'on s'en rende vraiment compte. Par petites touches. Le vieux chef était parti à la retraite. Un autre était venu. Il n'était pas resté longtemps, et puis, un autre et encore un autre. Et l'autre nouille avait été promu. Et sans qu'on sache comment ni pourquoi les usagers étaient devenus des clients, et le devoir était devenu une nécessité rentable, et mille détails devaient être mentionnés et il fallait argumenter sur des évidences qui semblaient mystérieusement absurdes... Martine s'était suicidée. Mais Martine était spéciale. On a continué comme avant, enfin ... pas comme avant, mais comme d'habitude. Les mots n'étaient plus les mêmes. Nous mêmes nous avions changé de noms. Et quand Julien a tué le chef d'un coup de pistolet, personne n' a entamé une collecte pour payer une couronne mortuaire. D'ailleurs le chef n'avait plus de famille. D'ailleurs le café n'était plus qu'une poudre et autour de la machine à café chacun regardait ses chaussures. Le nouveau manager est arrivé. On n'a rien compris à ce qu'il disait mais on a fait comme si.
Voilà c'est tout

samedi 25 mai 2019

La phrase romanesque


Vous n'avez pas le temps de lire ? La phrase romanesque est là pour vous aider, elle est vite lue et votre imagination fait le reste tout au long de la semaine.

Quand on y pense, les matelas, les oreillers, les draps, les couvertures, les couettes passent leur vie au lit !
(Balthazar Forcalquier)






lundi 20 mai 2019

On peut mourir sans avoir cela (14)

Au XVII e siècle tout le monde croit à la théorie des signatures : des légumes ou des fruits, en raison de leur forme expriment leur capacité.  La noix et sa forme de cervelle rend intelligent, le coing et son duvet  est utile aux chauves, l'artichaut évocateur du sexe féminin donne de l'ardeur aux filles, et l'asperge aux garçons




Et le pois chiche ?



dimanche 19 mai 2019

Pffff....



A force de se souffler dedans il pensait s'envoler. Au contraire, il a rebondi sur le sol comme une vessie molle. Le bon air c'est celui qui vient d'ailleurs.
Voilà tout !



samedi 18 mai 2019

La phrase romanesque

Vous n'avez pas le temps de lire ? La phrase romanesque est là pour vous aider, elle est vite lue et votre imagination fait le reste tout au long de la semaine.

Peut-on reculer dans le futur ?

(Blaise Cendrars)


vendredi 17 mai 2019

L'aphorisme de la semaine

Le temps s'occupe de tout, à la longue, mais ça traîne, le temps n'est jamais pressé.
(Balthazar Forcalquier)

mercredi 15 mai 2019

Sans Bach

"Ils, n'ont aucune religion et vivent dans une liberté totale" ecrit Verrazano en 1524 après avoir croisé ces indiens de l'actuelle Amérique du Nord. 
Ces êtres aimaient follement le rouge et le bleu, méprisant l'or dont la couleur était fade.


Leurs moeurs étaient dissolus de surcroît. Il n'avait aucune idée de la propriété ! Bon ... certes ... ils ne répugnaient pas à pratiquer la torture, et n'avaient jamais entendu Bach, pour la bonne raison que Jean-Sébastien n'était pas encore né.



mardi 14 mai 2019

Des yeux dans le bouillon

Dessin : Louie Travis


A Avec Marius l'ophtalmo faisait fortune. Imaginez : 3e oeil en partant de la droite, décollement de rétine.  2e oeil en partant de la gauche, déchirement de rétine. Oeil au-dessus du nez, cataracte .  2e oeil en partant de la droite, dégénérescence macuaire.   3e oeil en partant de la gauche, glaucome ... Seul l'oeil au milieu du front était stable ... mais il était daltonien ! Marius envoya tout balader et s'installa à 22 km du pôle, au moins la nuit durait six mois, quel beau pays la moitié de l'année ! "Et dire se disait-il qu'il y en a qui vont à l'île Maurice : quelle horreur cette mer rouge sang et ces couchers de soleil verdâtre".
Voilà tout.
( sur une idée d' "A")

lundi 13 mai 2019

J'aimerais bien savoir ...

L'autre jour sur la route qui rejoint Montreuil-Bellay à Thouars la voiture qui nous précédait ralentit soudain et s'immobilisa sur la route déserte. On a vu très vite qu'elle laissait passer une maman cane et sa marmaille se dandinant à la queue leu leu dans une file parfaite.


Je me suis demandé alors : le caneton en tête est-il toujours le même lors des déplacements familiaux et le traînard toujours le même aussi, comme dans une famille ? Le crack joue-t-il des coudes et le rêveur ferme-t-il la marche ? Ou bien est-ce le hasard qui compose l'escouade ?
J'aimerais bien  savoir ... 
Et vous ? Savez-vous ?

dimanche 12 mai 2019

Cervelle cocasse






Lorsque je suis arrivé sur la table de dissection, il faut bien dire que le médecin n'avait pas grand choix. Mes organes étaient déjà bien usés. Les yeux ? Que faire de ces mirettes de myope aux décollements rétiniens fréquents. Le foie ? Trop imbibé. Les reins ? Mouais à la rigueur, mais l'âge ne fait rien à l'affaire. Restait le cerveau, un bel encéphale qui avait jusqu'alors bien fonctionné avec une mémoire très convenable. Certes quelques faiblesses en mathématique avaient été détectées par l'analyseur électronique, mais rien de rédhibitoire. Il fallait faire vite, un cerveau s'abîme vite quand il ne sert plus à rien. Il alla donc se loger dans le crâne d'un fier sergent d'infanterie victime d'une rupture d’anévrisme à la cantine alors qu'il vidait son cinquième rhum agricole "Marie Galante" et grillait la 41e cigarette de la journée . La greffe fut un succès complet. Le corps du donneur comme celui du receveur étaient compatibles ... certainement en raison de passions communes pour  les alcools fins.
Le sergent reprit du service six mois plus tard, pas plus con qu'avant, un peu moins même. Il ne fumait plus.


Hélas, le matin même de la reprise de son service, en croisant le capitaine de compagnie au lieu de saluer réglementairement, le soldat leva le poing et hurla "VIVE L'ANARCHIE ! "

Voilà tout.



samedi 11 mai 2019

La phrase romanesque


Vous n'avez pas le temps de lire ? La phrase romanesque est là pour vous aider, elle est vite lue et votre imagination fait le reste tout au long de la semaine.

_ Hé toi !
_ Moi ?
_ Non, l'autre !
_ Mais il n'y a personne !
_ Justement je préfère rester seul.


( Balthazar Forcalquier)


vendredi 10 mai 2019

L'aphorisme de la semaine

Quand on a envie de faire pipi ... Soudain le temps est long ... Mais long ! il s'étire et Einstein n'en a pas pipé mot !
( Balthazar Forcalquier)

mardi 7 mai 2019

Des fois ...

La Zique avec 




 Dessin Topor


Des fois des gens qu'on n'a jamais connus vous manquent. Cela m'arrive. Ne me dites pas que cela ne vous arrive pas ! Ou alors ... on les a connus sans le savoir ? Ou alors on sait que si on les avait connus on serait amis. Oui, c'est cela.
Voilà tout.


EN PISTE (RAPPEL)


A la prochaine

La Zique avec 



Dessin de Topor


Ho le voyage ! j'ai pris mes valises et je suis arrivé d'où je suis venu. Car, savez-vous ? Tout recommence, sauf les arbres qui défilent. Heureusement mes valises étaient vides, ou presque ... Juste quelques souvenirs légers. Quelques saveurs d'un vin de Nicolas. Des repas. Et des bouts de voyage. Et des codes rares du bout d'un doigt. Rien de lourd...

dimanche 5 mai 2019

EN PISTE


Comment résister au pâté d'homme ?

Zique avec 



Dessin : Topor


Certes Bobby aimait manger chaque vendredi du pied d'homme froid roulé dans la chapelure il appelait cela "le vendredi des dieux", et aussi, parfois, du boudin de sang d'enfant, froid avec de la moutarde. 
Un jour, alors qu'il était chez sa belle-mère il savoura une tête d'homme sauce gribiche. 
Mais en faisant la vaisselle il sortit un crâne de la cocotte. Peut-être le crâne d'un charpentier, ou celui d'un journaliste, ou celui d'un maire ? Comment savoir ...
A partir de ce jour Bobby changea et ne mangea plus jamais de viande humaine, mais parfois, il succombait et se faisait une tartine de  pâté d'homme . Comme disait sa fiancée "c'est trop bon mon goret d'amour".
Voilà tout.

samedi 4 mai 2019

La phrase romanesque

Vous n'avez pas le temps de lire ? La phrase romanesque est là pour vous aider, elle est vite lue et votre imagination fait le reste tout au long de la semaine.

Proverbe vain :
il est plus facile de voir ses genoux que de voir ses fesses !

(Balthazar Forcalquier)





vendredi 3 mai 2019

L'aphorisme de la semaine

Le pire  que j'ai entendu c'est un clown qui disait : " Je plaisante".
(Balthazar Forcalquier)

mercredi 1 mai 2019

Un gars effacé

Dessin de Topor

La timidité est un mal atroce. Elle fait souffrir alors que l'orgueil est bien pire mais supportable. Quelle injustice. "G" était si timide qu'un jour il disparut pour de bon, effacé ; il est vrai qu'il n'imprimait plus les pellicules depuis deux ans déjà. Cherchez le sur un cliché de classe, il n'y est plus.
On l'oublia très très vite. Sur sa tombe son nom écrit avec une mauvaise peinture s'estompa et disparut en quelques mois. Il n'y a  pas de quoi en faire une histoire finalement... Navré de vous avoir retenu.
Voilà tout.