Les archives de ce blog sont à voir sur "Sapristi Balthazar over-blog.com"

mercredi 22 juillet 2015

La jouissance du monde 23 (II)





Nous arrivons dans une ville, on entre dans un quartier grillagé de barbelés."C'est le ghetto, le ghetto" disent avec joie mes voisins, ils semblent soulagés. Ils ont pensé, comme moi, qu'on nous conduisait au bord d'une fosse, on dit que les nazis font cela. Ils auraient ainsi fusillé des communautés entières
- "même les femmes et les enfants ?"
-" Oui, ils commencent pas les hommes pour ne pas risquer une révolte. Ensuite les femmes et les enfants, une balle dans la nuque, tu tombes sur les autres, une couche de chaux vive et une de terre, et on recommence. Cela dure des journées entières. Cela s'est passé plus à l'Est, à la frontière de l'Ukraine. Les victimes attendent derrière un rideau d'arbre et entendent les détonations. Que faire d'autres ?" _
-"Et si tu n'es que blessé?"
-"C'est pareil. Ils font déshabiller tout le monde."
-"Pas les femmes quand même"
-"Si"
-" Pas les jeunes filles"
-"Pareil".
J'ai les cheveux qui se dressent sur la tête, impossible d'imaginer Lipaz nue devant les soldats.

La vie au ghetto a commencé.


Il était déjà surpeuplé, le judenrat nous a attribué une pièce pour nous huit, papa, maman, mes cinq soeurs et moi. Lipaz et sa famille habitent à deux rues d'ici. Le judenrat c'est la délégation chargée d'organiser la vie ici, elle a même sa police. Les SS on dit " si vous ne le faites pas, nous on va s'en occuper et vous regretterez d'avoir dit non". Comme ça les SS donnent les ordres et des juifs se chargent de les faire exécuter, parfois à coup de bâtons.
(  A Suivre ).


Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire