Les archives de ce blog sont à voir sur "Sapristi Balthazar over-blog.com"

mercredi 15 juillet 2015

La jouissance du monde 19 (II)




Le serpent n'est pas le fourbe : le serpent est celui qui dit la vérité
Sophia le savait.





Boire de l'alcool est une expérience singulière. Il faut le savoir, je vous le dis à vous qui vous servez un verre comme on va faire ses emplettes. L'alcool est un terrible ami qui vous murmure d'atroces vérités et qui, en même temps, vous ment. Comment faire le tri ? Par une inclinaison divine nous avons tendance à écouter les vérités. Ces vérités qui rendent libres. Ces vérités qui retirent les oripeaux et le gras des choses. Elles apparaissent alors, soudaines et acérées, insupportables même. Tant pis, il faut creuser, affouiller, exhumer. Il faut être libre. Et quoi de plus enivrant que la liberté ?
Oui, ivre je me suis roulé dans ma peau d'ours et … Et une solitude somptueuse m'a sauté à la gorge comme un chien fou. Elle m'a saigné. Elle m'a transmis sa funeste et merveilleuse maladie. Je n'ai plus été le même alors... Ou alors je suis devenu celui qu'il fallait être, celui que, profondément j'étais.

SANS SOUVENIR … C'EST A DIRE SANS REMORDS ET SANS REGRET. Absolument, totalement, somptueusement : SAUVAGE.

Alors où est le mensonge? Le mensonge : c'est l’illusion. Pire c'est l'imagination. C'est elle qui crée le monde et nous pousse à l'arpenter. Contrairement à la Vérité, le mensonge à mille visages, mille douceurs, mille tourments. Le mensonge invente. C'est là sa qualité première. Il vous entortille, vous caresse, vous dit des mots aimants. C'est à cela qu'on le reconnaît et tant pis pour vous si vous ne me croyez pas. Ah ! Vous vous promeniez en gracieuse compagnie dans les landes et les pentes jusques alors. Mais cela change désormais. De vieux alcools sont de retour, dévastateurs et véridiques.

Il y a pire !

Je vous raconte mon rêve et je n'ai rien dit à Amogh.

( A SUIVRE LUNDI)



Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire