Les archives de ce blog sont à voir sur "Sapristi Balthazar over-blog.com"

dimanche 22 septembre 2019

J'ai su rester simple (20)

 A lire comme une sorte de roman moderne.

J'adorais me fâcher avec Kevin, et lui aussi, finalement ça nous rapprochait en quelque sorte. Ce n'est pas facile la vie de couple, par exemple il adorait jouer au puzzle mais moi je n'ai jamais compris la règle de ce jeu. Et puis je n'aimais pas trop sa famille. On était obligé de se taper sa sœur à chaque Noël, et chaque fois elle arrivait pile à l'heure ! Même pas de quoi se dire : tiens ils ont cinq minutes de retard c'est toujours ça de gagné. Elle avait un prénom de locomotive : Micheline. Elle était postière et souvent en grève. Elle n'aimait pas les talons hauts « parce que j'ai le vertige » disait-elle. Quelle conne ! Elle n'était pas gentille avec moi, elle me disait : « toi, t'es comme cette pancarte vue l'autre jour devant une église, il était écrit dessus : fermée le dimanche. » C'était pas chic de me dire ça, c'est vrai que j'ai des lacunes mais quand même, moi je n'ai jamais rien dit sur son mari, Jean-Paul qui est maître nageur. Maître-nageur ! Tu parles d'un boulot, tu passes ta vie en slip et en tongs ! Moi en tout cas je lui ai répliqué : « n'empêche, quelqu'un de ponctuel ne sera jamais en avance sur son temps ».

( A suivre sans doute)

Elle avait un prénom de locomotive

Aucun commentaire:

Publier un commentaire