Les archives de ce blog sont à voir sur "Sapristi Balthazar over-blog.com"

mardi 17 septembre 2019

J'ai su rester simple (18)

 A lire comme une sorte de roman moderne.

Il m'a fallu longtemps pour comprendre que les hommes étaient semblables aux femmes dans leurs différences. Kimberlé le disait souvent en ajoutant dépitée : « quand même … quand on est solitaire, on n'est pas nombreux ». Elle n'était pas si bête cette Kimberlé, c'est dommage qu'elle se soit suicidée. En vrai elle ne voulait pas mourir, elle voulait juste envoyer un message mélancolique, mais elle a cru que ce jour là, en s'allongeant sur les rails, elle a cru que la SNCF était en grève. Pas de bol. Elle disait des vérités toute simples qui nous manquent désormais, elle disait : « la belle au bois dormant quand elle se réveille, elle n'a qu'une envie : aller faire pipi. » Elle aimait bien aussi cette vérité que Gérard Moreau de La Boissière-en-Gâtine prononçait sans en rajouter : « avec un petit chien, quand il est mort, t'as moins de peine qu'avec un gros : c'est mathématique ». Et je me souviens que Balthazar enchérissait sur le thème canin en citant Alain Chany « dans mon pays la pente est si raide que les chiens aboient assis ».



Aucun commentaire:

Publier un commentaire