Les archives de ce blog sont à voir sur "Sapristi Balthazar over-blog.com"

dimanche 15 mai 2016

MENTEUR IX








La vie en compagnie de cet anachorète en rupture de solitude, à cause de moi, était simple. Réveil à l'aube le matin dans cette grotte qui sentait puissamment la fumée et le benjoin. Ma première tâche était de relancer le feu. Parfois Chrysostome était déjà parti, parfois il attendait dehors, debout, totalement absent. Une poignée de thé dans une casserole d'eau. Nous buvions le thé dans de petits verres brûlant. J'étais astreint au silence absolu. Parfois il aboyait pour me signifier que j'avais assez bu de thé. Ensuite descente dans la gorge en contrebas. Il ne se baignait pas, un odeur de bête exhalait de sa sainte personne. Mais lui me voulait propre. Je me plongeais donc dans l'eau glacée. Et j'en profitais pour aller débusquer quelques poissons dans leurs refuges sous les pierres ou dans les excavations obscures des racines qui mangeaient la berge.
La matinée il ne se passait rien. Nous restions assis tout en haut de la falaise, les pieds pendant dans le vide. A midi nous ne déjeunions pas, ou alors seulement d'une poignée de mûres ou de quelques figues sèches qu'il tirait d'un très vieux sac de cuir pendu à un clou au-dessus de sa paillasse dans la caverne.
L'après-midi nous déambulions dans notre montagne à travers les genêts, et les ronces. Il fallait absolument revenir avec les jambes griffées au sang. Lui, comme moi. Et si nous devions traverser un champ d'orties il souriait tout joyeux de cette épreuve brûlante et il chantait.


Le soir je  vidait les poissons, et nous les dévorions grillés et délicieux. Parfois  nous dînions de lézards qui avaient basculé dans l’abîme.  La vie était fluide, et simple, je veux dire sans pli.
Un jour enfin il me demanda 
_ " Que veux-tu enfin, tu m'ennuies à être toujours dans mes pattes".
_ "J'ai des questions à te poser".
_ "Veux-tu des réponses ?"
_ "Naturellement !'
Il fit une grimace et cracha.
_ " ça je m'en doutais. Tu en es encore que là !"
Il soupira
_ " tu n'as donc encore rien appris."
Puis après un long silence il ajouta :
_ "Je t'écoute...Combien de questions ?"
_ " Moins de cinq."
_ "Pfff!"

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire