Les archives de ce blog sont à voir sur "Sapristi Balthazar over-blog.com"

lundi 30 mars 2015

massacre 41




41

Résumé : ...




Journal de bord rédigé par le commandant du cargo. “Formose III”




Date : …

“ Ce matin à 7 h 30 le matelot Lucas a trouvé, sans vie, le passager de la cabine n° 6. Nom : Balthazar Forcalquier, nationalité française. Suicidé : une balle dans la tête. Un seul mot , abscons, trouvé à côté du corps

“ C'est aujourd'hui que c'est arrivé... Tout monte d'un degré de tonalité... à bâbord déjà” * .

Ne disposant pas de chambre froide, nous avons immergé le corps le soir même par “35° 57 ' latitude nord /15° 16' longitude ouest”. Ne disposant pas de prêtre à bord, le second a dit une courte prière. Poursuivons notre route. ”




Poursuivons notre route... Poursuivons notre route...Poursuivons notre route... Poursuivons notre route...Poursuivons notre route... Poursuivons notre route...Poursuivons notre route...




Nécrologie publiée dans la page de Thouars du Courrier de la République douze jour plus tard par sa consoeur Ludivine .

“Nous apprenons avec émotion le décès accidentel de Balthazar Forcalquier à bord d'un cargo au large de Madère. Le défunt fut pendant de longues années l'observateur attentif et bienveillant de l'actualité locale.”

_ Heu... Je rajoute “condoléance à sa famille” ? Demanda Ludivine à la secrétaire. Avait-il une famille ?

_ Tiens c'est vrai ça? Il n'en parlait jamais.

_ Bof... je ne mets pas sa photo, d'ailleurs on n'a pas de place, j'ai un compte-rendu de kermesse qui attend.
* (extrait “ Du monde entier au coeur du monde” de Blaise Cendrars)
FIN pour de vrai


Balthazar (alias Youssouf).


“Yousouf l’Infortuné a dessiné son bateau(...)

“Prends-moi aussi Yousouf
Sur ton bateau.
Mon bagage n’est pas lourd:
Un livre, un cahier et une photo.” (...)

“Voici devant nous la Barcelone du Frente popular
Fini notre voyage (...)
“Nous avons vu à Barcelone dans l’aurore
La liberté se battre en chair et en os
Nous l’avons regardée les yeux en flammes
Et comme la peau brune et chaude d’une femme
De nos mains d’hommes affamés
Nous avons touché la Liberté.”
Nazim Hikmet

1 commentaire: