Les archives de ce blog sont à voir sur "Sapristi Balthazar over-blog.com"

dimanche 22 mars 2015

massacre 36

36

Résumé : Il pleut !
Ricardo, le neveu qui a des révélations à faire est de retour ! Balthazar supporta comme un martyr la lente progession de la pendule toute la journée du lendemain. Et enfin, tard le soir, la porte de sa cellule s'ouvrit sur Luigi et Louis Grandclerc.
_ C'est du lourd Balthazar ! dit Louis avec un beau sourire. Je crois qu'on tient le bon bout mon ami. Votre calvaire va peut-être s'achever.
_ Voilà tout, raconta Luigi, Ricardo, lorsqu'il a été battu par le maire qui s'appelle Hugues Single, a reconnu l'homme à la balafre qui a tué l'enfant.

Le cœur de Balthazar faisait un bruit énorme dans sa poitrine. Ses mains se mirent à trembler doucement comme ceux d'un vieillard.

_ Ricardo n'a pas assisté au viol, vous imaginez bien. Mais il est arrivé quand Hugues Single a porté le coup fatal à la gorge. Ricardo était parti braconner, c'était dans les bois de Oiron. Il est resté derrière un chêne. Il a vu Single retourner le corps, fouiller dans sa poche, déposer un papier dans la main de la fillette. Puis il s'est reculé. Il a allumé une cigarette, il a attendu un bon moment en sifflotant le salaud. Il a recouvert le corps avec des feuilles mortes. Il est parti s'assoupir dans sa voiture que Rodrigo distinguait à travers les branchages. Mais il n'est pas parti. Intrigué par cette façon de faire Rodrigo est resté à l'affût, je peux vous dire qu'il a l'habitude. Deux heures plus tard, Single est revenu en s'étirant. Il avait dormi. Le pauvre petit corps avait atteint une relative rigidité. Il l'a emporté comme ça tout sanglant et l'a déposé dans le coffre de son auto. Une Audi bleue. Il est parti...Vous pensez bien que Ricardo a gardé cela pour lui. Un gitan qui braconne et ne va pas chercher les gendarmes... Il a eu peur qu'on lui mette cela sur le dos ... Il faut le comprendre le gamin. Et puis il ne savait pas qui était ce meurtrier jusqu'à ce que celui-ci se trouve devant lui et ne lui foute un coup de matraque dans le ventre.Chez nous les enfants sont sacrés. Mais tout ceci était surtout une affaire de gadjos.

Cette révélation changeait tout. On tenait enfin le coupable ! Balthazar se mordait les joues pour ne pas hurler.

_ Nous touchons au but, dit Louis Grandclerc. Rodrigo voudra-t-il bien témoigner ?

_ Oui si je lui demande. Et je le ferai, pour toi Louis, et pour ton ami.

_ Merci.

_ Merci ajouta Balthazar.

_ Mais cela ne suffit pas, ajouta Louis. Le témoignage de Rodrigo ne pèsera pas lourd face à celui du maire de Thouars. Il faut plus.

Un silence douloureux retomba sur les trois hommes.

_ A moins que … Il y a peut-être un moyen... murmura Louis avec un petit sourire.

A SUIVRE...




Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire