Les archives de ce blog sont à voir sur "Sapristi Balthazar over-blog.com"

lundi 2 mars 2015

massacre 21



21

Résumé : Je me demande quel style peut générer une cuite au mourvèdre : lyrique ou sensuel ?

L'avenir de Balthazar se joue-t-il sur une dictée ? Ce serait absurde. La dictée elle-même est absurde. On a 20 avant de commencer et plus les lignes sont composées plus les risques de perdre des points augmentent. C'est le seul devoir qui commence par 20 et peut se terminer par zéro. Et puis ses pièges sont si multiples, si traîtres... Il en est qui en font un jeu !
Pas en l'occurrence pas de quoi rire. « C'est ton unique chance » avait dit Legrandu.
Balthazar prit le stylo, les mains moites.
_ Ecoute et écris... après que je sois parti je suis allé boire un Duhomard
_ Je rajoute : Duhomard l'apéro de Thouars, en vente partout en ville ?
La tête du flic n'incitait décidemment pas à la plaisanterie.
_ Ta gueule ! Continue : Je me rappelle d'avoir bu un bon vin chez Nicolas Reau. Ensuite : écris fort l'honneur. Et : je me suis trompé – virgule - autant pour moi. Et enfin : les délices enfantins sont passés.
Balthazar accomplit son devoir sans comprendre le sens de ces mots absurdes. Il pensa : si c'est avec ça que mon innocence va être prouvée, c'est vrai que je suis dans la mouise. Consciencieusement il rendit sa copie.

Legrandu examina la dictée et un sourire se dessina sur son visage soudain moin grave.
_ Ah putain ! A ma couille tu me fais plaisir ! Ah c'est quand même bien imité. Bon voilà ce qu'on va faire. Tu vas me foutre un bon coup de poing dans la gueule, tu vas ouvrir la fenêtre, et tu vas te barrer. Tu fous le camp où tu veux, et laisse-moi éclaircir cette affaire. Je sais maintenant que ce n'est pas toi... Ah quel soulagement. Tu vas t'évader parce que demain tu sera en taule pour de bon. Et quand on y rentre on ne sait pas quand on en sort. Moi je sais que tu es innocent, mais ce que je sais n'est pas suffisant pour constituer une preuve absolue.
Balthazar avait cet air bête qu'on a soudain quand on tombe des nues ou qu'on a trop bu, ce qui d'une certaine façon relève de la même niaiserie.
_ Mais quésaco ?
_ Tu as réussi ton examen mon ami, vas-y frappe fort. Ce n'est pas tous les jours qu'on peut cogner sur un flic et que cela lui fasse autant plaisir.
_ Heu...

A SUIVRE

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire