Les archives de ce blog sont à voir sur "Sapristi Balthazar over-blog.com"

lundi 19 août 2019

J'ai su rester simple (suite, 2)

A lire comme une sorte de roman.

Un ami me disait il y a peu : « attention, le contremaître n'est pas contre les maîtres , il est pour ! ».

Tous les mots sont piégés comme les poupées dans les villes après le passage de Daesh. Par exemple le mot : pécher. Il veut dire en réalité manquer sa cible, et non contrevenir à de fumeuses règles. Par exemple : tu attends ton amoureux à cette porte et il arrive par la porte de derrière, alors tu l'engueules parce qu'il n'a pas pris la bonne porte ! Tu es contente mais tu l'engueules ! Alors oui ça c'est pécher, ce n'est pas manger du pied de porc le vendredi ! Pécher c'est d'abord une question de porte.
Tout ça c'est la faute de Saint-Paul. L'apôtre. D'abord apôtre... mon œil ! Il a vu Jésus sur le chemin de Damas, bien après la mort du messie. Un pote m'a dit : « sur le chemin de Damas ça cogne dur, tu passes entre deux falaises, il fait 50° ! Si t'as bu un p'tit coup, c'est sûr t'as des visions. Même à jeun t'as des visions. » Alors comme apôtre, Paul, on fait mieux entre nous. D'ailleurs quand Judas a été disqualifié il manquait un apôtre alors ils ont tiré au sort entre deux candidats : Barsabas ( pas Bartabas!) et Matthias. Matthias a gagné au tirage et Barsabas est allé ce gratter. Tout ça pour dire que Saint-Paul n'est pas plus apôtre que Dédé des Ripaudières ou Gérard de La Boissière-en-Gâtine. En plus Saint-Paul dit que les femmes doivent être voilées et que si elles ont une question, elles doivent la poser à leur époux et surtout pas en assemblée !
Bien après Saint-Paul est arrivé : le MLF  ! Il a fallu attendre 2000 ans, en gros. Elles sont patientes les femmes, y a pas à dire.

( A suivre)

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire