Les archives de ce blog sont à voir sur "Sapristi Balthazar over-blog.com"

mardi 25 août 2015

La jouissance du monde 42 (II)L




Le gaz avait effacé les mémoires et allongé les vies quand il ne tuait pas.



Piotr fut mon professeur. Il m'expliqua le monde. Il était âgé plus de trois mille ans et moi un peu moins. Avant ce monde, la terre était peuplée, construite, en guerre, en vacances, et puis le gaz mortel avait été accidentellement libéré. Il avait tué presque tout le monde. Inexplicablement il avait épargné quelques humains insensibles à ses effets. Le monde était redevenu sauvage et les hommes aussi. Les rares survivants avaient pris le large et faisaient en sorte de ne pas se croiser, ce qui était aisé. Les rares femmes étaient stériles. Elles étaient deux fois moins nombreuses que les hommes.

S'il ne tuait pas le gaz effaçait les mémoires.

S'il ne tuait pas le gaz allongeait de façon considérable l'âge des humains. J'avais presque trois mille ans. Et Amogh aussi. Et Piotr plus encore avec ses cheveux blancs.

_ Oui mais pourquoi soudain des rêves et des souvenirs nous sont apparus ?

_ Parce que vous avez trouvé ces bouteilles d'alcool dans l'ancien abri. Ces bouteilles avaient été distillées dans le temps d' avant que j'appelle, le Temps Gris. L'alcool a ouvert dans votre âme des portes que le gaz avait bien verrouillé.

Piotr me raconta qu'il était un scientifique aux Temps Gris. Il travaillait sur le langage universel, il avait inventé cette machine qui permettait d'apprendre toutes les langues à partir d'un échantillon de quelques phrases, il avait dans la tête une sorte de prise dont il pouvait user à volonté. Il suffisait qu'il se branche...

( A Suivre, demain ce récit s'achève).

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire