Les archives de ce blog sont à voir sur "Sapristi Balthazar over-blog.com"

mardi 4 août 2015

La jouissance du monde 30 (II)






Nous sommes montés dans le camion, il faisait beau. C'est comme si nous partions en balade. Il n'y a pas eu de violence. Nous sommes arrivés sur le quai de la gare. Nous avons attendu longtemps et nous avons parlé. Oui nous resterons ensemble désormais. Nous nous installerons dans le même atelier. Nous ne ferons pas d'enfant tout de suite, nous attendrons des jours meilleurs n'est-ce pas. Elle m'a raconté comment elle m'avait repéré naguère, c'était au cours de violon. Et moi je lui ai dit, aussi, quand je l'avais vue pour la première fois...

Nous sommes montés dans le wagon, moi le premier.


Je lui ai tendu la main, elle est légère. Dans le wagon : un peu de paille, un tonneau pour faire les besoins, deux seaux d'eau. Nous sommes pressés là dedans. Et c'est délicieux. Je suis collé à elle. Elle sent bien quel effet cela me fait. Je suis gêné, mais pas elle. Cela m'étonne un peu. Nous avons voyagé ainsi comme des amants pendant un jour dans une puanteur étonnante. Nous nous sommes un peu caressés dans le noir, comme des amants.

( A suivre)

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire