Les archives de ce blog sont à voir sur "Sapristi Balthazar over-blog.com"

lundi 29 janvier 2018

"Nul être humain n’a le droit de briser une grève "



Définition du "scab" (un jaune, un briseur de grève) par Jack London
"Quand Dieu eut fini le crotale, le crapaud et la sangsue, il lui resta dans les mains un peu d’argile immonde pour faire le briseur de grève. Le briseur de grève est une créature bipède avec une âme tordue et un cerveau aqueux montés sur une épine de gelée gluante. Là où d’autres portent un coeur, il charrie une tumeur de vilenies pourrissantes. Quand le briseur de grève descend dans la rue, les hommes lui tournent le dos et les anges soupirent dans le ciel, et le diable ferment les portes de l’enfer pour l’en tenir éloigné. Nul être humain n’a le droit de briser une grève aussi longtemps qu’il conserve à sa portée une marre dans laquelle se noyer ou une corde assez longue pour se pendre avec. Judas était un gentleman comparé au briseur de grève. Pour avoir trahi son maître, il a eu suffisamment de courage pour se pendre. Le briseur de grève lui, ne l’a pas. Esau vendit ses droits contre un plat de lentille. Judas vendit son Sauveur contre trente deniers d’argents. Benedict Arnold vendit sa patrie contre la promesse d’un mandat dans l’armée britannique. Le briseur de grève vend ses droits, sa patrie, son épouse, ses enfants et tous ses semblables contre une fausse promesse de son patron. Esau était un traître à lui-même ; Judas était un traître à son Dieu ; Benedict Arnold était un traître à sa patrie ; un briseur de grève est un traître à son Dieu, à sa patrie, à sa famille et à sa classe."
(Merci à Mychka)

1 commentaire: