Les archives de ce blog sont à voir sur "Sapristi Balthazar over-blog.com"

mardi 13 décembre 2016

La très étonnante histoire d'Igor Ribouchiev (2)

Igor d'après Louie Travis
















A huit ans, et avec ses quatre yeux, Igor Ribouchiev devint chiffonnier. Ce n'est pas un luxe d'avoir deux paires d'yeux quand on fouille les ordures.

Équipé de son crochet, de sa hotte et de sa lanterne, il arpenta les rue de Paris la nuit. Le chiffonnier grattait les tas d'ordures au coin des bornes, car c'est là qu'on déposait les immondices et les nouveaux nés ainsi qu'on a déjà dit ici et hier.


Depuis toujours il en était ainsi, et seule la pâte à papier et l'invention d'une boîte appelé poubelle sonnèrent le glas de cette fantasque profession. Car c'était bien un métier que celui-ci. Un métier de flâneur et d'homme libre. Le chiffonnier habile gagnait plus qu'un ouvrier, et s'il était malin il pouvait même faire fortune. Pas de contremaître, pas de patrons, pas d'horaires ! La liberté GRANDE comme disait l'autre.
Le verre brisé était refondu, le métal aussi bien sûr, les peaux des chiens, chats et rats crevés étaient tannés, les os des carcasses étaient cuits et broyés pour servir de filtre ( c'est ainsi qu'on blanchissait le sucre), les cheveux étaient revendus aux perruquiers. La chiffe avait même sa bourse rue Mouffetard !


Igor fut un expert du verre brisé, ces quatre yeux faisaient merveille dans cet exercice délicat qu'est la collecte sous la lune.
Il récupéra une redingote et même un  noeud papillon. Sans mentir vous l'auriez croisé dans la rue, n'eussent été ses quatre yeux, vous ne vous seriez pas retourné.

Dessin Louie Travis.

Il tenta bien de changer de travail car les longues déambulations dans les rues obscures usaient son grand corps. Comme on sait il est plus difficile de se pencher quand on est grand.
Il tenta de devenir fabriquant de joujoux à trois sous. 



Dans les boîtes de sardines et les chutes de cercueil il taillait ces petites merveilles qui faisaient la joie des bambins pauvres .


Mais l'air des rues, le remugle des coupe-gorge, le calme de minuit, les collègues chiffonniers railleurs au grand cœur lui manquaient. Alors il reprit la chiffe et s'orienta vers le pur chiffon. 
(A suivre)






Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire