Les archives de ce blog sont à voir sur "Sapristi Balthazar over-blog.com"

samedi 12 mars 2016

En décapotable l'éternité d'or sous le soleil et Glass en plus et cinq cordes pour finir

Je me souviens, nous filions en Ford mustang décapotable sous le soleil de Californie. Dans l'auto-radio la cassette de Léo Kottke tournait en boucle. Et nous lisions Kérouac à tue-tête avec des larmes dans les yeux. Alors la musique changea et le paysage aussi, Philipp Glass sortit des nuages et glissa jusqu'à nous sur son escalator de diamant. La voiture s'enflamma. Nous courûmes nus dans les orangers. Quel était le nom de cette drogue que  nous avions mangée ? Elle avait un goût amer, ça je m'en souviens.
Et que fait on dans cet hôpital ? La bibliothèque n'a pas un seul livre de François Augérias et rien de Julien Gracq ! Il est temps de filer, amie.
C'est alors que je me suis mis au banjo pour faire danser les insectes.

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire