Les archives de ce blog sont à voir sur "Sapristi Balthazar over-blog.com"

dimanche 13 mars 2016

D'un balcon à l'autre



A lire avec la très belle musique de Morgane Houdemont


Elle était fine et timide. Elle habitait l'étage en dessous. J'écoutais comme un animal au gîte ses bruits domestiques. Et quand elle sortait la poubelle je sautais sur la mienne pour la croiser en bas. Lui sourire. Elle me répondait d'un beau regard fluide et remontait. Je n'osais la suivre. Je n'aurais pas pu... cela aurait été pour moi trop ... sensuel... Alors j'allais acheter un paquet de cigarettes, moi qui ne fumais pas alors. Je rentrais chez moi seul m'attardant un instant devant sa porte, et sa sonnette muette.
Un jour j'achetais une rose et de mon balcon je tentais de la jeter sur sa fenêtre en contrebas. Mais la fleur rebondit sur la margelle et s'abîma dans une haie de troène poussiéreux. Je suis allé acheter une autre rose, et je l'ai jetée en me penchant terriblement. Le vent de tempête l'a jetée au loin chez la voisine, une poissarde ignoble qui buvait du vin étoilé et qui me sourit de sa bouche édentée. 

La troisième rose est arrivée pile sur son balcon. Alors ...
Alors un gros barbu en tongs et tricot de peau à rayures bleues est sorti en rotant, il avait une bière à la main. Il avait un tatouage sur l'avant bras ( un serpent autour d'un glaive). Il a pris la rose, a cherché du regard en l'air à l'instant même où je m'esquivais. 
Le lendemain je déménageais.

Autre version :

Un cheval était amoureux d'une jument. Il habitait le 7e et la pouliche le 6e. Il faisait en sorte de la croiser dans l'ascenseur, ou dans l'escalier quand elle allait à son labeur. Un jour dans l'ascenseur il déclara sa flamme :
_ je suis fou de vous, je vous aime à mourir.
_ Mouais, lui répondit la belle, des étalons comme vous j'en ai soupé.
_ Si vous ne me croyez pas je saute par la fenêtre... Autant mourir.
_ Bien sûr, bien sûr dit la pouliche en quittant l'ascenseur qui s'était opportunément arrêté au 6e.
Le cheval accablé de douleur ouvrit la fenêtre de sa cuisine. 
Et il sauta dans le vide.
La jument qui préparait des lasagnes le vit passer de haut en bas.
Et le voisin du 4e hurla : " Hé c'est pas bientôt fini de jeter vos chevaux par les fenêtres ?"

Epilogue :

L'amour est à double tranchant.



Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire