Les archives de ce blog sont à voir sur "Sapristi Balthazar over-blog.com"

lundi 15 décembre 2014

Contes express: semelles éternelles



Octave Guibois avait fait son apprentissage chez Eusébe Michecoix. Il était devenu un gnaf fort réputé dans son arrondissement. Jadis on appelait le cordonnier un gnaf ou gnaff, mot qui provient du lyonnais gnafre qui signifie cordonnier ( d'où "gnafron" le personnage de guignol qui exerce ce métier). Le gnaf fut souvent un actif anarchiste et par les curieux détours de l'histoire il a perdu ce nom pour devenir plus vulgairement le "bouif" bien souvent petit boutiquier réactionnaire. Mais tout cela nous éloigne de notre propos, encore que... 
Octave Guibois inventa une semelle inusable à base de sciure de bois et de caoutchouc pur débarqué sur les quais de Bordeaux et acheminé par chemin de fer jusque dans la capitale. Il la baptisa : "l'Eternelle" et trouva ce solgan "avec l'Eternelle vous marcherez jusqu'au ciel".
Son affaire prospéra, il fit fortune, acheta la belle propriété des "Gramine", devint député. Sa richesse sans cesse plus grande fit le désastre de ses anciens collègues. Les gnafs n'ayant plus aucun soulier à ressemeler, ils firent faillite. La profession était condamnée. 



Octave Guibois (dessin Louie Travis)

Avant de fermer son échoppe et partir au hasard des routes avec un maigre baluchon Edmond Vulry, ruiné à son tour, se posta à la grille des "Gramine" et déchargea son revolver sur  Octave qui mourut le lendemain. Edmond était anarchiste, c'est ainsi qu'il expliqua son geste. Il fut condamné et guillotiné.
Octave emporta dans sa tombe le secret de fabrication de "l'Eternelle". Lui seul connaissait la formule. "L'Eternelle" ne lui survécut pas et les gnafs bien heureux retrouvèrent leur honnête ouvrage. Le portrait d'Edmond ornait chaque atelier, puis il disparu quand le gnaf laissa la place au bouif et à la colle néoprène. 
Le portrait d'Edmond  (dessin Louie Travis)

Gnafron

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire