Les archives de ce blog sont à voir sur "Sapristi Balthazar over-blog.com"

mercredi 12 décembre 2018

On ne pouvait que l'aimer

Dessin : Louie Travis

Comment dire ? Elle était si lumineuse, si charmante, si drôle qu'on ne pouvait que l'aimer. Toutes ses idées étaient des fleurs. Chaque parole était une sorte de pétale qui se détachait et venait se poser sur vos yeux.
Elle vieillit finalement. Et la fleur se flétrie.  
Rares furent ceux qui l'aimèrent encore, accrochés qu'ils étaient à sa racine (fatiguée). Ils n'eurent rien de plus. Seulement des souvenirs fanés.
Voilà, c'est tout.

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire