Les archives de ce blog sont à voir sur "Sapristi Balthazar over-blog.com"

dimanche 30 avril 2017

La tête ailleurs


Robert était toujours dans la lune. Alors, bien sûr, ses études furent catastrophiques, sauf en poésie. Mais que faire avec un 1,5 en mathématiques et un 18 en poésie ? Le monde est mal fait pour les lunaires. A l'armée, il passa son temps au gnouf ; motif : "a oublié son fusil sur le pas de tir "; motif :" a enduit une grenade de graisse au lieu de la culasse ..."
Rendu à la vie civile il croisa la route de Simone, une secrétaire bien plantée sur ses pieds. Elle n'était pas jolie, mais lui ne la voyait pas. Elle lui mit le grappin dessus. Il  dit "oui" au maire, mais il aurait pu tout aussi bien répondre " haricot vert" ou "un noyé pensif parfois descend".
Simone prit la vie lunaire de Robert en main. Elle enferma sa tête dans une maison dont les fenêtres était occultées par des volets. Il ne pouvait correspondre que par la porte. Sa vie changea. Plus de distraction, plus de lune. Il fit une belle carrière de sous-secrétaire aux affaires du contentieux général maritime. Quand il mourut on releva la petite boite aux lettres qui ornait le balcon de la maisonde sa tête... Elle était vide. Ah si ! il y avait une vieille liste de course que Simone avait glissé là il y a longtemps. Du temps où l'on buvait encore de la chicorée.
Voilà c'est tout.

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire