Les archives de ce blog sont à voir sur "Sapristi Balthazar over-blog.com"

dimanche 17 juillet 2016

Une semaine en belle compagnie : celle de Chicho Sanchez Ferlosio (1)




allo rojo, gallo negro est une chanson composée dans les années soixante. Anonyme à l’époque, elle était reprise dans les rues lors, entre autres, des manifestations étudiantes, comme un hymne de reconnaissance des opposants à la dictature du général Franco. Elle est l’œuvre de l’auteur compositeur interprète Chicho Sanchez Ferlosio (1940-2003), personnalité singulière des milieux anarchistes espagnols. Actuellement, dans l’esprit d’une part de la population, et même de personnes engagées dans les mouvements de récupération de la mémoire historique de la guerre civile et du franquisme ou de militants antifascistes du monde hispanique, elle passe souvent pour une chanson des combattants républicains de la guerre civile. Il s’en trouve même pour la chanter en concert et la présenter comme datant de 1939, un an avant la naissance de son auteur. Des montages vidéo que l’on retrouve aisément sur internet sont emblématiques de l’utilisation qui peut en être faite. Dans ce cas de figure, la chanson est diffusée accompagnée de la légende : « la version originale de la chanson sur une série d’affiches de l’époque », tandis que se déroule un catalogue d’affiches toutes éditées par le camp républicain, en temps de guerre civile.


(Le coq noir ici est le fasciste)


Gallo rojo, gallo negro,
Chicho Sanchez Ferlosio



Cuando canta el gallo negro
Es que ya se acaba el día, (bis)
Si cantara el gallo rojo
Otro gallo cantaría. (bis)


Quand chante le coq noir,
C’en est fini de l’espoir,
Si le coq rouge chantait,
Coq noir, c’est toi qui déchanterais.


Refrain
Ay,
Si es que yo miento
Que el cantar que yo canto
Lo borre el viento,
Ay,
Qué desencanto
Si me borraro el viento
Lo que yo canto.



Ah
Si je mens,
Que le vent emporte
mon chant,
Ah,
Quelle déception
Si le vent emportait
Ma chanson.



Se encontraron en la arena
Los dos gallos frente a frente (bis)
El gallo negro era grande
Pero el rojo era valiente. (bis)



Sur le sable, face à face
les deux coqs se sont trouvés.
Le coq noir était puissant
Mais le rouge était un brave.



Se miraron cara a cara
Y atacó el negro primero, (bis)
El gallo rojo es valiente
Pero el negro es traicionero. (bis)



Face à face, les deux coqs,
Le coq noir a attaqué,
Le coq rouge est un brave
Mais le noir est un félon.


Gallo negro, gallo negro,
Gallo negro te lo advierto, (bis)
No se rinde un gallo rojo
más que cuando está ya muerto. (bis)



Coq noir, coq noir,
Tiens-toi le pour dit,
Un coq rouge ne rend jamais les armes,
car à se rendre, le coq rouge préfère mourir.














Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire