Les archives de ce blog sont à voir sur "Sapristi Balthazar over-blog.com"

dimanche 28 juin 2015

La jouissance du monde 8 (II)











Le temps passa, le cul de loup était restauré, pimpant. La fougère sèche et propre du toit exhalait un parfum lourd de terre et de forêts, presque enivrant, délicieux, âcre, un peu acide. La cheminée de terre colmatée et rehaussée fonctionnait parfaitement. Amogh tardait et je commençais à m'inquiéter. Un soir le vent d'autan s'était levé. Les arbres grinçaient comme une mâture et les feuilles menaient un grand tapage. Le cheval de Sophia s'agita, et tapa du sabot. Je mis cela sur le compte de ce souffle agaçant et fou. Je compris bientôt le troble du cheval.

_ Ah bordel et couille de moine, j'ai bien failli me perdre.

Dans la pénombre la silhouette d'Amogh dessina une masse haute.

_ Ah ! Enfin te voilà

_ La chasse a été belle ami. En effet sa monture croulait sous une charge énorme enveloppée de peau fraîchement découpée. Je suis vite tombé sur les traces d'un ours. Je me suis dit que cela vaudrait bien la fatigue d'une traque. Un ours c'est quand même mieux que trois chevreuils ou deux daguets. Quitte a ramener de la viande, autant n'en ramener qu'une seule mais qui vaille le coup. Un bon ragoût d'épaule d'ours mon bon Absalom vaut tous les risques. J'ai suivi la piste trois jours et j'ai enfin trouvé mon Grizzli qui se bâfrait de miel. J'ai attendu que les abeilles s'éloignent et qu'il digère. Je suis tombé sur lui comme il faisait une grosse sieste. Cet imbécile s'était endormi sous une saillie. Il m'a été aisé de grimper en surplomb et de faire tomber sur lui une bonne grosse pierre qui lui a défoncé le crâne. Même pas un soupir ! Evidemment si tu voulais faire du potage de cervelle d'ours, tu seras déçu. 
_ Et le miel ?
_ J'avais l'ours sans une égratignure, je n'allais pas chercher les piqûres 
Nous avons mangé, mangé encore, remangé, roté, et nous avons encore pris une belle tranche de cuisse d'ours.

Sur nos banquettes , baignés par le parfum de fougère et les doigts figés de graisse nous avons dormi 18 heures d'une seule traite !
On a beau dire, le ventre plein, la vie a quand même une autre saveur.
( A SUIVRE)

 

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire