Les archives de ce blog sont à voir sur "Sapristi Balthazar over-blog.com"

mardi 11 novembre 2014

Conte express : qu'y a-t-il dans la tête des femmes ?





Elona mangeait comme un oiseau. Elle était menue. Très jolie. Elle avait des gestes d'une grâce infinie. Elle relevait ses cheveux dans la nuque en pinçant dans ses lèvres une fille aiguille perlée. Alors, dans le soleil levant, elle maintenait d'une main ses cheveux et de l'autre venait les piquer en une savante manœuvre. C'était beau à couper le souffle. Chacun de ses gestes avait cette élégance naturelle. Elle était ouvrière dans une usine d'armement. Elle polissait les obus.
Avait-elle un amoureux? 
 Il s'appelait Octave. On disait qu'il était mort à la guerre.  Alors elle resta vieille fille. Mais une vieille fille qui ne se flétrissait pas.   Elle repoussait toutes les avances d'un beau et triste sourire. Elle mourut à l'âge de 50 ans, en toussant ; elle semblait en avoir 25. 
Le bois de son cercueil était plus lourd qu'elle.


Elle repoussait toutes les avances d'un beau et triste sourire. Elona avait autre chose en tête. A sa mort on trouva 2.847 petits carnets rangés dans sa chambre, bien en ordre. Sur chaque ligne, dans toutes les pages, elle avait écrit seulement ces trois mots : "Octave et Elona s'aiment". Les deux noms calligraphiés 114 fois sur une page, chaque carnet comptait 310 pages, et cela dans 2.847 carnets, soit 100.612.980 fois ce simple petit poème ! 
Je le sais, j'ai compté tout cela.
Voilà c'est tout !


2 commentaires: